Le Coudé - Fiche technique

Coupole Patry : fiche technique

La coupole Patry
coude.jpg

La "coupole Patry" est certainement le bâtiment le plus étrange de l'Observatoire de Nice. Elle abrite un réfracteur équatorial "coudé", instrument combinant les principes du sidérostat polaire et de la lunette. Il ne s'agit en fait pas d'une vraie coupole, car cet instrument est abrité par un wagon mobile sur rails et se trouve donc entièrement à l'air libre pendant son utilisation.

Caractéristiques optiques


L'instrument, qui se trouve à une altitude de 370 mètres, possède les caractéristiques techniques suivantes :

  • doublet achromatique de 40 cm de diamètre

  • pouvoir séparateur théorique : 0,35", représentés au foyer par 17,5 microns

  • 10 mètres de distance focale (10250 mm à 20 mm près)

  • échelle au foyer : 2,98 mm pour 1' d'arc

  • ouverture relative : f/D=25

  • ouverture photométrique : équivalente à un réflecteur de 280 mm de diamètre

  • champ observé :

    • oculaire de 150 mm (d'origine) : 25' (68x)

    • oculaire de 56 mm : 14' (198x)

    • oculaire de 30 mm : 8' (342x)

    • CCD HiSIS 22 (KAF 400) : 3' sur la diagonale

La magnitude 14,5 est tout juste visible en observation visuelle, et avec une CCD (HiSIS 22), la magnitude 17 se détache sensiblement du fond du ciel en 20 s de pose. Les éclairages de la ville de Nice que l'observatoire domine, ainsi que la conception de la lunette (deux miroirs de renvoi) sont cependant une gêne pour l'observation des nébuleuses diffuses et des galaxies.

Caractéristiques mécaniques

Le tube de la lunette, qui pèse 2,25 tonnes, se présente sous la forme de deux bras perpendiculaires (voir schéma): le premier (T), matérialisant l'axe polaire, supporte la lunette et arrive jusque dans la salle du foyer. L'objectif (O) se trouve en moyenne à une hauteur de 4 à 5 mètres du sol, dans un cube tournant (axe de déclinaison) au bout du second bras (T'). Deux miroirs plans permettent de couder le faisceau lumineux et ont pour diamètres respectifs 57,4 cm et 46,9 cm, leur épaisseur étant voisine du sixième de diamètre. Le premier a un rayon concave de 300 km alors que le second a un rayon convexe de 600 km.

Le Coudé vu de faceschema-coude.gif

Quatre moteurs permettent le déplacement de l'instrument. Deux moteurs de pointage impriment au Coudé des vitesses de déplacement importantes en ascension droite et en déclinaison. Les deux autres, de suivi, peuvent tourner à vitesse constante afin de suivre un astre quelconque et permettent les mouvements fins nécessaires aux corrections. En position suivi, la vitesse du moteur d'ascension droite est réglée pour une poursuite stellaire, mais d'autres vitesses peuvent ètre sélectionnées grâce à un générateur de fréquences extérieur. Une raquette de commande permet de déplacer l'instrument et de passer de la position pointage à la position suivi sur chacun des deux axes.

Ce système induit par contre une rotation du champ en fonction du mouvement diurne; cette rotation n'est pas réellement un problème (sauf dans le cas de spectrographie à longue pose, où un dérotateur est indispensable) car le tube de l'instrument porte le matériel d'observation et tourne simultanément et à la même vitesse. Quoi que le bâtiment abritant le foyer se trouve au nord de la lunette et soit plus élevé, la longeur et la disposition du tube permettent l'observation du ciel entier.

Equipement

Au foyer, une platine radiale (rho, theta) est le support d'un porte-oculaires multi-diamètre : différentes bagues réductrices permettent l'adaptation d'oculaires au coulant de 50 mm ou 31,75 mm ainsi que l'utilisation d'un appareil photographique par le biais d'une bague au pas de vis de 42 mm (bagues T2). Sur la platine, un oculaire réticulé éclairé au coulant de 31,75 mm peut se mouvoir indépendamment du porte-oculaires. Il peut être utilisé pour le guidage fin de l'instrument. Le porte-oculaires peut être remplacé par un porte-plaques 10 x 12 cm qui accepte les plaques du type Technical Pan 4415, Ilford FP4, etc.

Le foyer de l'instrument est immobile, ce qui autorise la mise en place d'appareillage lourd (un spectrographe à haute résolution est notamment à poste fixe).

le système de commande


les porte-oculaires et la platine

Les mouvements sont entièrement commandés depuis la salle d'observation (salle du foyer). De cette salle, on ne voit que l'extrémité de l'instrument et il est impossible de contrôler la position de la lunette et son orientation. Le pointage se fait entièrement aux coordonnées, avec assistance informatique.

Le bâtiment abrite également un laboratoire photographique réduit mais doté d'un équipement de qualité (agrandisseur professionnel).

l'agrandisseur
le laboratoire



Date de création : 04/12/2006 @ 18:25
Dernière modification : 30/06/2007 @ 10:57
Catégorie : Le Coudé
Page lue 3447 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Nos Rendez-vous
Connexion...
 
Liste des membres Membres : 29

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Ip : 54.80.219.137

Liens
Nouvelles du ciel
^ Haut ^